Les investisseurs plébiscitent les fonds dits « de conviction ». Selon l’indicateur Novethic, un centre de recherche sur la finance responsable financé par la Caisse des dépôts et consignations (CDC), rendu public le 20 février 2018, l’encours (le montant des sommes mobilisées) de ces fonds investis dans des actions et des obligations d’entreprises en pointe sur les critères environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG) a atteint 31,2 milliards d’euros au 31 décembre 2017.

Soit un bond de 42,5% en l’espace de 12 mois. Du coup, les fonds de conviction représentent un tiers de l’encours cumulé de tous les fonds spécialisés dans l’investissement socialement responsable (ISR), estimé à 137,4 milliards d’euros en 2017. Pour Novethic, cette poussée des fonds les plus vertueux est liée à la prise de conscience par les investisseurs de la nécessaire lutte contre le changement climatique.

Un impact environnemental et des rendements élevés

La recherche de rendements élevés n’est peut-être pas non plus étrangère à ce mouvement. La rentabilité des 123 fonds de conviction s’avère en effet plutôt bonne. Leur performance diffère en fonction de leur thématique. Ainsi, les 53 fonds avec une connotation environnementale ont servi en moyenne une rémunération de 3,6%, très honorable en cette période de taux d’intérêt au plus bas.

Un impact social et une vraie rentabilité

Les 22 fonds d’impact social font nettement mieux avec un rendement moyen de 4,4% l’an dernier. Mais ce sont les fonds « Best-in-Universe » (les « meilleurs de l’univers » en français) qui rapportent le plus. Ces fonds multithématiques, qui appliquent les critères ESG les plus stricts dans chaque classe d’actifs (actions, obligations, monétaire…), ont offert en moyenne une rentabilité de 6,6%. On comprend, dans ces conditions, pourquoi leur collecte s’est envolée de 51,4% en 2017.

En savoir plus sur l’offre solidaire MAIF.