Qu’est-ce qu’un Perp ?

Créé par la réforme des retraites de 2003, le plan d’épargne retraite populaire (Perp) est un produit d’épargne à long terme qui propose le versement de rentes viagères (c’est-à-dire servies jusqu’au décès) à partir du départ à la retraite. C’est un contrat d’assurance vie qui s’adresse à tout le monde, même à ceux qui n’exercent pas d’activité professionnelle. Les étudiants, les parents au foyer et les demandeurs d’emploi peuvent ainsi souscrire un Perp.

Un placement en 2 temps

Le Perp est un placement en deux temps conçu tout spécialement pour la retraite. Il permet de commencer par se constituer un capital en l’alimentant de manière régulière ou de façon plus libre au fil du temps : c’est l’épargnant qui gère lui-même ses versements, aucune périodicité et aucun plafond ne sont requis. Il peut modifier les montants à tout moment, interrompre ou réaliser des versements complémentaires quand il le souhaite.

Comme pour une assurance vie, le souscripteur a le choix entre 2 types de support. En fonction de son profil, il détermine s’il opte pour un fonds euros : dans ce cas, le contrat présente les mêmes caractéristiques que le support en euros de l’assurance vie, avec notamment un capital garanti. S’il choisit des unités de compte (UC), sa rémunération dépendra du niveau de risques adopté. Il peut gérer lui-même son épargne ou bien opter pour une gestion pilotée. Dans ce cas, la législation prévoit une sécurisation progressive : plus la date de sortie du Perp se rapproche, plus le niveau de risque diminue.

Après la phase de constitution de l’épargne vient le moment de la retraite ; à ce moment-là, elle se transforme automatiquement en rente viagère. L’intérêt du Perp réside dans le fait que cette rente constitue un complément de revenu à vie ; il vient compenser une baisse des ressources financières à la retraite.

Si le contrat le prévoit, le souscripteur peut choisir une sortie partielle en capital à hauteur de 20% de la valeur de rachat du contrat. Ou bien demander le versement d’un capital si celui-ci est destiné à l’achat d’une résidence principale –à condition qu’il n’ait pas été propriétaire de sa résidence principale pendant les 2 années précédant la fin du Perp.

Bon à savoir : en cas de décès pendant la phase de constitution de l’épargne, certains Perp permettent le versement d’une rente viagère à une ou des personne(s) désigné(es) bénéficiaire(s). De même, une rente temporaire d’éducation peut être mise en place pour des enfants mineurs.

Par ailleurs, comme tous les produits d’épargne retraite, le Perp prévoit des déblocages anticipés (avant le départ à la retraite) en cas « d’accidents de la vie » : décès du conjoint, invalidité, surendettement, expiration des allocations chômage, liquidation judiciaire de son entreprise.

La loi anti-corruption, dite « loi Sapin 2 » (du nom de l’ex-ministre de l’Economie et des Finances, Michel Sapin), promulguée le 10 décembre 2016, a instauré un sixième cas de déblocage exceptionnel pour les Perp. Celui-ci porte sur les plans dont la valeur de rachat n’excède pas 2.000 euros. Deux autres critères doivent être remplis : le Perp ne doit pas être alimenté depuis au moins quatre ans (ou, si le plan prévoit des versements réguliers, doit avoir été ouvert il y a au moins quatre ans) et l’assuré doit justifier d’un faible niveau de ressources.

Le régime fiscal du Perp

L’un des avantages du Perp réside dans la possibilité de défiscalisation. Les cotisations versées sur le plan peuvent être déduites des revenus à déclarer à l’administration fiscale dans la limite d’un certain plafond. Celui-ci équivaut à 10% du plafond annuel de la Sécurité sociale (Pass) de l’année N-1 ou, si la formule est plus avantageuse, à 10% des revenus professionnels de l’année N-1 dans la limite de huit fois le Pass de l’année N-1.

Le Perp favorise plutôt les contribuables aux revenus élevés dont les tranches marginales d’impôts (TMI) se situent à 41% et 45%. Le complément de revenu perçu au titre du Perp est imposable au même titre que les pensions de retraite. La rente est soumise au barème progressif de l’impôt sur le revenu (après abattement forfaitaire de 10%) et aux prélèvements sociaux dans la catégorie des pensions et retraites.

Un PERP pour préparer sa retraite