Plus que fortement conseillée, quasi condition sine qua non à l’obtention d’un prêt conséquent, l’assurance des emprunteurs protège les deux parties prenantes contre divers accidents de la vie. Décès, invalidité, incapacité ou même perte d’emploi, la mise en jeu de la garantie bénéficie à l’organisme prêteur qui sera remboursé quoi qu’il arrive.

Trois principales garanties d’assurance

La garantie décès (ou DC) et PTIA (pour perte totale et irréversible d’autonomie) est systématiquement exigée par les banques. Elle prémunit le prêteur et l’emprunteur contre l’impossibilité définitive de rembourser.
Les garanties Invalidité permanente totale (IPT), Incapacité temporaire de travail (ITT) et Invalidité permanente partielle (IPP) ne sont pas obligatoires mais vivement recommandées. Il s’agit ici de se protéger contre les coups durs. La décision de prise en charge des mensualités appartient à l’assureur au travers des conditions générales des garanties.
La garantie perte d’emploi est facultative et dépend de la situation professionnelle de chacun.

Assurance groupe ou délégation d’assurance

Depuis la loi Lagarde, mise en vigueur le 1er septembre 2010, on peut choisir son contrat en délégation d’assurance et ne pas opter pour celle de la banque, l’assurance groupe. Cette démarche entre désormais dans les mœurs, un peu par la force des choses, parce que les emprunteurs sont mieux renseignés, mieux équipés. La condition est d’avoir les mêmes garanties a minima que celles de la banque. Condition bien souvent remplie dans la mesure où cette ouverture permet à des sociétés spécialisées d’entrer sur le marché. D’où l’intérêt de faire jouer la concurrence. Outre l’avantage du prix, les délégations d’assurance sont généralement plus souples et adaptables à chaque cas particulier.

Faites-vous partie des profils les plus favorables ? Faites une simulation gratuite.