Quelles convictions ?

L’ISR de conviction va encore plus loin dans l’investissement responsable, en proposant les investissements les plus influencés par l’évaluation Environnementale, Sociale et de Gouvernance (ESG). Il inclut ainsi les fonds axés sur ces thématiques environnementales ou sociales et les fonds dits Best-in-Universe. Ces derniers privilégient les émetteurs les mieux notés d’un point de vue extra-financier, indépendamment de leur secteur d’activité.

Pour quelle popularité ?

L’indicateur Novethic, un centre de recherche sur la finance responsable, filiale du groupe Caisse des dépôts et consignations, s’est intéressé à l’essor de l’ISR de conviction et à ses performances. Et il en a tiré récemment la conclusion suivante : les fonds les plus respectueux en matière sociale et environnementale connaissent une croissance plus forte que celle du marché global des fonds ISR.

En septembre 2018, il rapporte dans l’une de ses études, que l’encours de ces fonds investis dans des actions et des obligations d’entreprises en pointe sur les critères environnementaux, sociaux et de gouvernance, a atteint 37,6 milliards d’euros au 2e trimestre de la même année. Cela équivaut à une augmentation de 10,2% sur le trimestre, contre 4,6% pour l’ensemble des fonds ISR. Ainsi, les fonds ISR de conviction, qui représentent plus d’un tiers des fonds ISR au global, ont connu au deuxième trimestre de cette année une croissance de leur encours plus de deux fois plus rapide.

Et quelles performances ?

Les fonds ISR de conviction offrent d’excellents rendements en comparaison avec le marché global. Ils performent en effet à 6,4%, soit en moyenne deux points au-dessus du marché global (3,8%) et des grands indices de référence tels que le CAC 40 (4,85%) ou encore le MSCI Europe (4%). Et ce sont les fonds thématiques (fonds environnementaux, fonds d’impact social ou fonds multi-thématiques) qui portent cette croissance, car ils représentent aujourd’hui 88% des encours de l’offre ISR de conviction.

Et parmi eux, les fonds environnementaux disposent, de loin, de l’encours le plus important : 20,8 milliards d’euros, contre 5,5 milliards pour les fonds d’impact social, ou 6,6 milliards pour les fonds multi-thématiques. Ces chiffres démontrent que les investisseurs prennent en compte l’indispensable combat contre le changement climatique dans leurs choix financiers. Et, telle une récompense, les performances sont aussi au rendez-vous, et frôlent les 7% pour les fonds thématiques au global sur le deuxième trimestre 2018.