Comment bien placer son argent

Investir dans des actions, des obligations ou d’autres placements collectifs peut constituer un bon moyen de faire fructifier son épargne. Il convient néanmoins de s’interroger sur différents points avant de sauter le pas. L’investissement doit correspondre aux besoins de l’épargnant, c’est-à-dire à la fois à sa situation financière et à ses projets.

 

Etre attentif à la durée du placement

Avant d’investir, l’épargnant doit déterminer la finalité de son placement : est-ce pour acheter une nouvelle voiture, financer les études des enfants ou préparer la retraite ? La durée du placement varie en fonction de l’objectif qu’il s’est fixé. Dans certains cas, l’investisseur peut accepter une épargne bloquée mais dans d’autres, préférer une épargne disponible (dite « liquide »).

L’épargnant doit se renseigner sur les modalités qui encadrent la récupération de son argent. S’il souhaite retirer tout ou partie de son épargne avant l’échéance initialement prévue, cela peut engendrer des frais ou un changement de fiscalité. Attention : certaines réductions d’impôts, prévues dans le cadre de certains fonds d’investissement, disparaissent quand l’épargnant effectue une sortie anticipée.

 

Vérifier les frais de gestion

Les produits proposés pour investir sont souvent soumis à des frais annuels de gestion. Le pourcentage prélevé sur les fonds placés est variable. Il convient donc de bien se renseigner avant de confier son épargne.

Généralement, l’établissement financier demande des frais à la souscription du contrat mais il peut aussi en exiger d’autres à l’issue du placement. Le montant de ces frais sera plus ou moins élevé, selon si l’investisseur a effectué un retrait anticipé des sommes ou est allé jusqu’au terme prévu dans le contrat.

 

Choisir le niveau de risque

L’épargnant doit s’interroger sur les risques qu’il est raisonnable de prendre, en prenant bien en compte ses ressources.

Le potentiel de rendement d’un placement financier est toujours lié à son niveau de risque. L’investisseur prudent choisira un produit d’épargne entraînant peu de pertes, voire aucune. A l’inverse, l’épargnant souhaitant obtenir une rentabilité élevée prendra le risque de perdre une partie des sommes investies.

Il est conseillé d’opter pour une voie médiane. En diversifiant les supports d’investissement (actions, obligations, placements collectifs, immobilier), l’épargnant réduit les risques tout en augmentant le potentiel de plus-values.

Les sociétés de gestion de portefeuille qui gèrent les organismes de placements collectifs (SICAV, FCPI…) fournissent un document d’information clé pour l’investisseur (DICI). Il présente les durées recommandées de placement, mais aussi les niveaux de risque, le rendement des produits financiers et les frais qu’ils peuvent occasionner.

 

A retenir : Avant d’investir dans un produit financier, l’épargnant doit réfléchir aux risques qu’il est prêt à prendre et déterminer pendant combien de temps il accepte que son argent soit bloqué.