Dans leur grande majorité, les parents ont compris l’importance de préparer financièrement l’avenir de leurs enfants. Quelque 80% d’entre eux déclarent mettre de l’argent de côté pour leurs descendants, selon un sondage Yougov publié fin octobre 2018*.

Mieux : 43% des pères et mères interrogés épargnent chaque mois au bénéfice de leurs chères têtes blondes et 58% aimeraient bien thésauriser davantage pour leur fille ou fils. Dans 24% des cas, les parents sondés n’épargnent pas plus par manque de moyens financiers, dans 7% des cas parce qu’ils donnent en parallèle de l’argent de poche à leurs enfants et dans 6% des cas parce qu’ils prévoient d’assumer les premières dépenses de leur vie d’adulte (frais d’inscription aux études supérieures, loyer, habillement, alimentation, complémentaire santé…). Chez les géniteurs qui ne mettent pas de côté pour leurs enfants, 22% envisagent de le faire une fois que ces derniers seront « grands ».

390 euros épargnés en moyenne par an

En toute logique, le montant épargné augmente avec l’âge de l’enfant. Les parents versent en moyenne sur le compte ou livret d’épargne ouvert au nom de leur fils ou fille 303 euros par an lorsque ceux-ci sont âgés de 0 à 5 ans, 324 euros par an pour les 6-10 ans, 343 euros par an pour les 11-15 ans et 609 euros par an pour les 16-18 ans. Tous âges confondus, le montant annuel épargné sur un compte ou livret dédié s’élève à 390 euros.

A noter : les grands-parents maternels épargnent nettement plus pour leurs petits-enfants que les grands-parents paternels. Les premiers versent en moyenne 132 euros par an et par petite-fille ou petit-fils, contre 97 euros par an pour les seconds. Soit un écart moyen de 35 euros chaque année. Ce qui signifie qu’à la majorité du petit-enfant, la différence entre « papys » et « mamies » se situe en moyenne à 630 euros.

Le Livret A largement privilégié

La tradition qui veut que les parents ouvrent un Livret A à la naissance d’un enfant semble perdurer. 59% des pères et mères épargnent pour leur progéniture via le célèbre livret défiscalisé. Le Livret Jeune, réservé aux 12-25 ans, est utilisé dans 30% des cas. 26% des sommes finissent dans une tirelire. Cette dernière pratique capte même 31% de l’épargne versée chez les enfants de moins de 11 ans. Si le total des supports dépasse 100%, c’est parce que la plupart des parents aliment à la fois le livret et la tirelire de leur chérubin.

Etrangement, le sondage ne cite pas l’assurance vie. Cette absence est d’autant plus surprenante que le produit peut être souscrit au nom d’un mineur, qu’il constitue de loin le placement préféré des Français (avec plus de 1.700 milliards d’euros d’encours) et qu’il offre d’intéressants avantages fiscaux à partir de huit ans de détention. Si l’assurance vie a été souscrite aux 10 ans de l’enfant, celui-ci pourra effectuer à partir de ses 18 ans des rachats en franchise d’impôt à hauteur de 4.600 euros par an.

Or, l’épargne des enfants n’a rien d’anecdotique. En prenant en compte les versements des parents et grands-parents, l’encours moyen des comptes et livrets détenus par des mineurs se situe à 3.878 euros. Là encore, le montant varie selon l’âge. Il plafonne en moyenne à 1.962 euros chez les 0-5 ans pour culminer à 6.110 euros chez les 16-18 ans. De quoi financer le permis de conduire et/ou la caution du premier « appart’ ».

* Sondage rendu public le 31 octobre 2018 et réalisé par l’institut YouGov auprès de 1.032 parents d’enfants âgés de moins de 18 ans pour le compte de Capital Koala, une plateforme en ligne spécialisée dans l’épargne des enfants. Source : https://www.capitalkoala.com/label-koala/?item_id=3&list_id=1