Voilà de quoi surprendre en ces périodes de restrictions budgétaires : le projet de loi de finances (PLF) pour 2018 améliore un avantage fiscal. Suite à l’adoption en commission des Finances d’un amendement présenté par les députés du groupe La République en marche (LREM), la réduction d’impôt sur le revenu (IR) en contrepartie de la souscription de parts dans certaines petites et moyennes entreprises (PME) est relevée de 18% à 30%.

En revanche, l’IR-PME, plus connu sous l’appellation de « dispositif Madelin », porte toujours sur un investissement maximum de 50 000 euros pour une personne seule ou de 100 000 euros pour un couple dans les PME européennes non cotées de moins de 250 salariés et de moins de 43 millions d’euros de chiffre d’affaires. Il demeure intégré aux « niches fiscales » plafonnées à 10 000 euros par an.

Surtout, il est reconduit pour une seule année. L’IR-PME à 30% sera donc appliqué uniquement pour la déclaration 2018 portant sur les revenus perçus en 2017. Il devrait être remplacé par un nouveau dispositif de soutien aux petites et moyennes entreprises instauré par la future loi TPE-PME présentée en 2018 par le ministre de l’Economie Bruno Le Maire, promet le gouvernement.