Les Français vont avoir leur mot à dire sur la future réforme des retraites. Le 31 mai dernier, Jean-Paul Delevoye, le Haut-commissaire à la réforme des retraites, a présenté un dispositif de « participation citoyenne » sur ce vaste chantier. Lors de la campagne présidentielle, Emmanuel Macron a promis de réformer en profondeur le système français des retraites. En lieu et place des 42 régimes actuels qui fonctionnent avec des règles différentes, le candidat a proposé la mise en place d’un régime universel en points. L’objectif : que chaque euro cotisé donne les mêmes droits à la retraite, quel que soit le statut professionnel.

Avec ce système, les actifs pourront acquérir, en fonction du montant de leur rémunération, des points de retraite qu’ils cumuleront tout au long de leur carrière professionnelle. Au moment de la liquidation des droits, les points acquis seront transformés en pensions grâce à un coëfficient de conversion qui variera selon l’âge de départ effectif à la retraite et l’espérance de vie. Si cette formule, déjà en vigueur en Suède, en Italie et en Allemagne, parait simple, sa mise en œuvre risque d’être plus compliquée.

11 thématiques

D’où l’idée d’y associer les Français. En se connectant sur la plateforme en ligne www.participez.reforme-retraite.gouv.fr, les internautes ont la possibilité, jusqu’au 25 octobre, de voter, commenter et émettre des idées sur 11 thèmes, tels que l’âge de départ à la retraite, l’égalité hommes-femmes, la prise en compte des enfants dans la pension ou encore les droits accordés aux conjoints en cas de décès. Selon un communiqué diffusé le 3 septembre 2018 par le Haut-commissariat à la réforme des retraites, la plateforme collaborative a, quatre mois après son lancement, déjà enregistré près de 20 000 inscriptions, plus de 180 000 votes et plus de 27 000 contributions. 77% des participants sont d’accord avec le constat que « le système actuel, de par sa complexité (42 régimes différents), génère de l’injustice et freine les mobilités professionnelles. »

En parallèle, des ateliers participatifs sont organisés jusqu’au 23 octobre en régions. Chaque atelier, ouvert à tous (à condition de s’y inscrire au préalable), traite d’une ou de deux thématiques abordées par la plateforme. Les avis et propositions qui auront émergé des ateliers et de la plateforme seront regroupés dans une synthèse qui sera divulguée le 29 novembre par Jean-Paul Delevoye. Ce document servira de base de travail à un ultime atelier qui réunira 15 Français représentatifs de la diversité de la population.

Vote définitif en 2019

Enfin, le Haut-commissaire présentera fin 2018 ou début 2019 ses préconisations qui s’appuieront sur les avis issus de l’atelier « citoyen » mais aussi sur ses échanges avec les partenaires sociaux et des parlementaires. Cette feuille de route servira de socle à un texte examiné par le Parlement pour une adoption définitive vraisemblablement à la fin du 1 er semestre 2019 même si Jean-Paul Delevoye a prévenu qu’il pourrait y avoir du retard.