Les salariés du secteur privé vont voir leur rémunération nette augmenter à partir de l’année prochaine. Le projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS) pour 2018, présenté le 28 septembre 2017 à la presse, prévoit la suppression des cotisations salariales d’assurance maladie obligatoire de base et d’assurance chômage.

Cette mesure va se traduire pour cette catégorie de la population active par une baisse de 3,15% des prélèvements sociaux. La suppression des cotisations va s’appliquer en deux temps. Au 1er janvier 2018, les salariés vont bénéficier d’une première réduction de 2,25 points. Puis, une seconde de 0,9 point interviendra au 1er octobre 2018.

Pour autant, leur salaire net ne va pas vraiment progresser de 3,15%. Pour financer la suppression des cotisations maladie et chômage, la contribution sociale généralisée (CSG) va augmenter de 1,7 point au 1er janvier. Le taux de CSG va ainsi passer pour les salariés de 7,5% à 9,2%. En réalité, la hausse salariale sera donc de 1,45%.

Selon le gouvernement, le gain annuel s’élèvera à 132 euros en 2018 et à 263 euros en 2019 (c’est-à-dire en année pleine) pour un salarié payé au Smic (1 480 euros bruts par mois). Pour un salaire de 2 000 euros bruts par mois, le « bonus » annuel atteindra 184 euros en 2018 et 355 euros en 2019. Il se situera à 237 euros en 2018 et 457 euros en 2019 pour une rémunération brute de 2 571 euros.